Grégocentrique

Un mec en slip c'est toujours marrant.

Grégocentrique est un site avec des grosses écritures orange, des BD, des photomontages absolument géniaux et un blog sans intérêt mêlant maladroitement introspection contemplative et volonté d’affirmation de ma personalité numérique.

Blog : J'ai testé pour vous

La brigade chimérique

Catégories : ,

Irène Joliot-Curie dans un androïde soviétique. Ok.

Septembre 1938. À l’invitation du docteur Mabuse, des dizaines de surhommes affluent dans la ville secrète de Metropolis. Parmi eux, Irène Joliot-Curie, dissimulée sous le masque d’un androïde soviétique. Les révélations que Mabuse s’apprête à faire pourraient déstabiliser l‘équilibre des pouvoirs en Europe. Mais un intrus cauchemardesque s’invite à la réunion.

C’est ainsi qu’est résumé le prologue de la série La brigade chimérique (L’Atalante), au dos du premier tome. Alors forcément, ça peut attirer l’amateur de gros n’importe quoi. Un univers rétrofuturiste situé pendant l’entre deux guerres, et il n’en faut pas plus pour me convaincre.

Airport Express

Catégories :

Depuis plusieurs années maintenant, je cherchais une solution à mon problème d’ambiance musicale : le fameux problème des mp3 (achetés en ligne!) sur le PC, et la chaîne HiFi dans une autre pièce. Enfin, disons plutôt que j’attendais que la solution me tombe tout cuit dans le bec.

Encore une fois, le destin m’aura donné raison.

Et pile au moment où la pression conjugale face à ce problème se faisait grandissante.

En effet, Thomas me parlait vendredi après-midi de la solution d’Apple : Le Airport Express. Il me convainquît aussitôt, et l’objet du désir fût mien le soir même.

Airport Express

La Thaïlande

Catégories : ,

De retour depuis samedi matin, nous nous remettons tout doucement du jetlag. Petit retour sur ces vacances et sur ce pays qu’est la Thaïlande. Je suis d’ailleurs en train de trier et d’organiser les photos, je devrais avoir terminé de tout titrer, annoter et taguer d’ici la fin de semaine.

Bangkok

Champions Online

Catégories :

Ce soir j’ai pu enfin participer à la béta de Champions Online. Non pas que j’ai rencontré des difficultés techniques depuis lundi comme la majorité des participants, mais c’est tout simplement que je n’ai pas eu le temps. Et oui, j’ai un travail, moi.

Sitôt connecté, je me suis lancé dans une customisation à outrance de mon personnage, et je n’ai pas été déçu.

Doctor Underpants

Je vous présente Doctor Underpants (Docteur Slip pour les allergiques à la VO).

Harry Potter

Catégories :

Comme tous les 18 mois, j’ai accompli hier soir mon devoir conjugal. J’ai en effet accompagné Marie-Aude à une séance de Harry Potter sixième du nom (avec un prince qui vient s’en mêler).
Harry Potter and the Prince of Sang Mêlé

Terminator Salvation

Catégories :

Avant que le premier crétin venu de vous pollue l’esprit avec ses remarques débiles du genre “Ah bah j’ai trouvé que la première demi-heure de bien après je me suis fait chier“ ou encore “Ah bah aller au cinéma pour voir un film, super quoi, non merci“, je m’empresse de vous donner mon avis et de joindre un résumé saturé de spoilers de l’oeuvre cinématographique qu’est Terminator Salvation, habilement traduit par un jeune stagiaire en Terminator Renaissance. Tout d’abord sachez que j’ai trouvé ce film pas si mal, voire plutôt bien, comparé au condensé de déjection bovine auquel on était légitimement en droit de s’attendre. Après c’est loin d‘être le film de l’année, mais on passe un bon moment, et je fais confiance à cet incroyable organe qu’est mon cerveau pour effacer toute souvenir résiduel du film d’ici deux mois, pour ne garder que l’information principale : les deux dernières minutes sont à pleurer de nullité. Mais à pleurer du caca.
T'es remis, Nator?
Ceux qui n’ont pas vu le film et qui souhaitent le voir, peuvent stopper la lecture de cette formidable critique dès maintenant. Juste pour information, ne regardez pas la bande-annonce qui raconte l’intégralité du film.

Les films de dans l'avion

Catégories :

Chez Air Canada, ce ne sont pas des radins comme chez American Airlines. Chez eux, pas de chichis, petit écran dans l’appui-tête pour tout le monde. Entre me cultiver avec un bouquin, dormir, draguer les hôtesses avec des blagues sur les caribous, détourner l’avion avec ma fourchette en plastique, ou bien enchainer les films que je n’aurais jamais regardé autrement. Mon choix fût rapide.

Quantum of Solace

Quantum of Solace
Bon celui-ci je l’avais déjà vu, mais il fallait que je m‘échauffe un peu le cerveau avec quelque chose de facile. Alors au début du film ça explose et ça arrête d’exploser juste avant le générique de fin. James Bond est responsable de la mort ou de blessures irréversibles de plusieurs centaines de personnes. Il cause plusieurs milliards de dollars de dégâts, à l’aide d‘à peu près tout engin mécanique qui lui passe entre les mains. Toutefois ce nouveau James Bond n’utilise pas de gadgets à la con genre clé USB péteuse, non. Il la joue à l’ancienne. J’aime beaucoup. Vivement la suite.

Valkyrie

Valkyrie
Ou le retour de Tom Cruise. Des gentils nazis au grand coeur veulent assassiner Hitler. Manque de bol ils passent par Tom Cruise sans se douter une seule seconde que c’est un putain de scientologue. Ceux qui ont suivi leurs cours d’histoire ou regardent Arte connaissent déjà la fin, mais pour les autres je ne vais pas spoiler. Maintenant que j’y repense faut que j’aille vérifier sur wikipédia les faits présentés dans le film parce qu’ils sont pas passés loin de réussir, ces cons (Okay, le film semble proche de la vérité). Dans l’ensemble c’est plutôt pas mal, il y a presque du suspens et on s’attache vite à ces gentils nazis.
Les films sur la deuxième guerre mondiale moi j’y suis vachement sensible, à la fin je réfrène toujours une petite larmichette.

Australie

Australie
La sublime, que dis-je, la magnifique Nicole Kidman s’installe en Australie et y rencontre Wolverine à une époque où il n’a pas encore son adamantium. Ils font du cheval. Après il s’embrassent et sûrement plus mais c’est pas montré. A un moment ces salauds de Japonais attaquent histoire de faire chier et de justifier le budget effets spéciaux qui n’a servi jusqu‘à lors qu‘à faire un canyon et des troupeaux de boeufs. En plus ça fera des supers plans pour la bande-annonce. Ce film est une sorte de “fresque” avec tous ses clichés, son faux suspens et des gentils qui meurent bêtement et souvent inutilement pour faire un peu pleurer quand même. Ca dure deux heures quarante mais ça se regarde sans déplaisir, surtout quand l’hôtesse n’est pas si terrible que ça, en fait. Les personnages sont attachants, surtout Nicole Kidman mais c’est avant tout physique.

Twilight : la fascination

Twilight
J’avais lu que Twilight était tiré de romans à succès d’une auteur genre J.K Rawling (Harry Potter) mais pour adolescentes boutonneuses et plus spécialement avec un appareil dentaire. Ca semble être le cas puisque l’histoire se déroule dans un lycée paumé de l‘État de Washington, dans lequel des beaux gosses vampires suivent des cours de biologie parce que finalement ils sont vachement sympas ces vampires et je vois pas pourquoi ils n’auraient pas le droit de venir au lycée, même s’ils sont condamnés à rester éternellement en classe de première pour leur couverture de gens normaux, vu qu’ils ne vieillissent pas. Mais ça n’a pas l’air de trop les faire chier, ça va. Donc l’héroïne forcément elle craque à mort sur un des vampires et bien sûr ils se font des bisous. Après il y a un vampire très très méchant qui arrivent mais les gentils vampires le prennent à plusieurs comme des bons fourbes et tout rentre dans l’ordre et le vampire beau gosse dans l’héroïne.
Comment ça c’est la même histoire que True Blood? Ah oui tiens. Pour le coup carton rouge aux scénaristes de cette série même si bon ils s’en sortent mieux, avec un traitement purement cul là où Twilight double la mise avec un traitement cul-cul.
Ah oui et on y apprend que si les vampires ne se mettent pas au soleil c’est parce que ça révèle leur peau en diamant, ce qui ne manquera pas d’affoler le whatthefuck-o-mètre des plus avertis.

Rébellion

Rébellion
Nous retrouvons donc notre James Bond national mais à l‘époque où il était biélorusse juif et pauvre, et qu’ils se planquait dans la forêt au lieu de courageusement affronter la justice de son pays. Lorsque les allemands débarquent, pas folle la guêpe il reste bien planqué, mais il l’a un peu sévère quand même rapport à quelques collabos qui sont allé plomber son père (juif lui aussi, forcément, les chats ne font pas des chiens). Après quelques expéditions punitives assez violentes avec les frangins, il se retrouve avec tout un tas de juifs sans défense qui lui demandent asile dans sa forêt, et comme il a un grand coeur ben il dit ok les gars allez couper du bois. Bon là on rigole, mais c’est quand même basé sur une histoire vraie et pour le coup, assez incroyable. On s’attache vite aux personnages et on tremble à chaque apparition de sentinelle allemande. Je raconte pas la fin parce que même si vous êtes allés à tous vos cours d’histoire et que vous enregistrez Arte vous avez encore de grandes chances de ne pas la connaître. J’ai beaucoup aimé, et suis encore tout retourné que le MI6 n’ait pas plus aidé que ça son agent fétiche en plein territoire ennemi.
Les films sur la deuxième guerre mondiale moi j’y suis vachement sensible, à la fin je réfrène toujours une petite larmichette.

Le Courtivore 2009

Catégories :

Le Courtivore, c’est une association qui organise tous les ans un festival de court-métrages à Rouen et plus précisément à Mont Saint-Aignan.
J’ai découvert l’année dernière, avant tout pour faire plaisir à Rami qui était alors un membre organisateur, mais aussi, et il faut le reconnaître et ne pas en avoir honte, poussé par une sorte de curiosité intellectuelle. Et quelle ne fût pas mas surprise de découvrir, là où j’attendais une série de long plans fixe noirs et blancs en suédois sous-titrés en moldave, plein de petits films tous plus originaux les uns que les autres, beaucoup étant très drôles, et d’autres plus dramatiques.
Bien sûr, je n’ai pas tout aimé, mais c’est aussi ce qui fait la richesse de ce festival, il y en a pour tous les goûts.

Si je vous parle de tout ça c’est que la première “pré-séance” a lieu mardi soir à la Maison de l’Université à Mont Saint-Aignan, et que l’entrée est gratuite. Au programme : la projection de trois court-métrages hors compétition car trop long (la durée est limité à 15 minutes pour le festival), soit à peu près une heure de film. D’après Rami, les trois sont très bons, et je peux vous assurer qu’on peut lui faire confiance là-dessus. De quoi se donner une bonne idée de ce à quoi peut ressembler le festival, en somme, et je vous garantis que beaucoup de gens qui passent par ici passeraient un très bon moment, au lieu de rester devant leur télé et dans leur pantoufle, peignoir, ou déguisement de soubrette.

J’attendais que Rami ait viré les bandes noires sur sa vidéo pour poster tout ça, mais comme il traîne trop, je balance l’info aujourd’hui.